Aux arbres ou l’hymne aux forêts, le poète français front contre écorce leur parlait. Des fœtus verts aux fromagers des temples d’Angkor, près d’un tronc, assise sur l’herbe mes histoires d’école je raconte encore.

Cimes curieuses, faîtes indécentes, graines séculaires observent la faillite des genres : à la vue du devenir de nos petites natures, la chlorophylle impériale arbore l’étendue de sa stature.

Oliviers, amandiers, la ronde Méditerranée toise le conifère et son sapin, diable la blanche hiver s’est acoquinée avec la pointe des pins. Les cyprès ont juré de toujours se tenir en rang.

Une plante = une pépite d’or = une symphonie pour orgue. C’est l’inouï prestige botanique que le lyrisme met en exergue, via métaphores. Je demeure fort attachée aux lianes antiques donc à l’envers du décor.

Et l’arbre de Judée ? Et le mûrier pleureur ? Le cèdre du Liban témoin d’une contrée désarmée. Les traditions rapportent que Judas Iscariote dans le regret s’est pendu aux branches par les pieds.

Aux bois, mes amours, devant vous je suis sans armure ! Fidèles à l’aurore – le feu guette – fidèle tout court… faite de merisier est mon ancienne boîte à murmures : j’y ai planté des noms, des dates et d’infantiles écritures.

Catégories

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Coordonnées

Cabinet Auteuil – Expertise & Conseil
6 rue Mirabeau, 75016 Paris

Honoraires libres

Séance : entre 50 et 90 €
Secteur hors convention

error: