« Nous poussons la porte, croyant toucher le bonheur, bientôt nous faisons demi-tour, pour retrouver ce qui ne tardera pas à nous peser à nouveau.

Une fuite ? La vie dans les bois ? La fuite est le nom que les gens ensablés dans les frontières de l’habitude donnent à l’élan vital.

Les théoriciens de l’écologie prône la décroissance. Le décroissance ne constituera jamais une option politique. Pour l’appliquer, il faudrait un despote éclairé. Quel gouverneur aurait le courage d’imposer pareille cure à sa population. Comment convertir une masse à la vertu de l’ascèse ? Convaincre des milliards de Chinois, d’Indiens, d’Européens, qu’il vaut mieux lire Sénèque qu’engloutir des cheez-burgers.

L’utopie décroissante. Un recours poétique pour individu désireux de se conformer aux principes de la diététique. La cabane est un terrain parfait pour bâtir une vie sur la sobriété luxueuse.

La sobriété de l’hermite est de ne pas s’encombrer d’objets ni de ses semblables.

Le luxe de l’hermite c’est la beauté.

Son regard où qu’il se pose découvre une absolue splendeur.

Je pousse la porte de la cabane. En Russie le formica triomphe. Pourquoi y a-t-il du lino plutôt que rien ? Comment le kitsh s’est emparé du monde ?

La ruée des peuples vers le laid fut le principal phénomène de la mondialisation. Pour s’en convaincre, il suffit de circuler dans une ville chinoise, d’observer les nouveaux codes de décoration de la Poste française ou la tenue des touristes.

Le mauvais goût est le dénominateur commun de l’humanité. »

Sylvain Tesson.

Catégories

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Coordonnées

Cabinet Auteuil – Expertise & Conseil
6 rue Mirabeau, 75016 Paris

Honoraires libres

Séance : entre 50 et 90 €
Secteur hors convention

error: